A+ A A-

A l'heure de la réalité virtuelle

realite virtuelle

Les élèves essaient le nouvel équipement. Pas facile au début, mais l'habitude vient vite!

 

Pascal Vallet, directeur d'établissement, son adjointe Carine Blanchet et Xavier Blondel directeur délégué des formations, étaient dans l'atelier de métallerie pour l'installation de deux postes de réalité virtuelle en soudure. Les élèves ont pu essayer cet équipement de pointe.

nouveau diplôme : mention complémentaire en soudage

« Cette année, nous proposons un nouveau diplôme : une mention complémentaire de technicien ou technicienne en soudage », annonce Pascal Vallet. Ce diplôme s'adresse aux jeunes possédant un Bac Pro ou un BTS en métallerie, chaudronnerie, en maintenance ou en usinage. C'est une spécialisation en un an. « Il faut savoir qu'il y a un vrai manque de soudeurs en atelier ou sur les chantiers en France ou à l'international. Il y a une embauche derrière. Nous avons voulu augmenter l'attractivité de la formation en dotant le lycée de ces postes en réalité virtuelle. Nous sommes les seuls en France pour le soudage. Pour cet équipement nous avons reçu le soutien de la Région Normandie et d'entreprises régionales », explique Xavier Blondel.

Quels avantages ?

Ce sont les représentants des sociétés Lincoln Electric et Niort Frères qui expliquent les avantages de ces spécialisations : « On amène les bases du soudage, intuitivement. On n'utilise pas de gaz ce qui exclut le gaspillage, les blessures et les brûlures. Cela ne remplace évidemment pas le vrai soudage mais c'est une excellente approche pour s'exercer et pour appréhender des techniques. En plus, dans ces postes, on trouve des cours théoriques. Et la réalité virtuelle, cela parle aux jeunes ».

Même équipement dans d'autres formations

Ces deux postes de réalité vir-tuelle en soudage viennent compléter six autres postes déjà installés dans d'autres formations proposées à La Châtaigneraie. « Nous attendons encore quatre postes pour l'enseignement général. Les jeunes pourront visiter les musées, Pompéi ou les villes comme Venise… », indique Xavier Tho-massin, professeur documentaliste. « Nous sommes le seul établissement à avoir investi autant », ajoute Xavier Blondel.

Quelques jeunes ont essayé leur nouvel équipement en soudant virtuellement. Pas facile au début mais ils s'y sont vite accoutumés.

 

Source : Le Bulletin de l'Arrondissement de Rouen du 05/10/2021